mardi 18 septembre 2007

La solitude nuit gravement à la santé

Pour ceux qui aurait des doutes, une équipe de chercheurs de l'Université de Los Angeles vient de publier une étude dans Genome Biology sur les effets néfastes de la solitude.

D'après cette étude les gènes du système immunitaire s'expriment de façon différente chez les gens vivant en "groupe" et chez les solitaires.

« Il y a deux théories pour expliquer ce phénomène. La théorie sociale repose sur le fait que lorsque vous êtes malade et entouré, on appellera plus facilement le docteur et on vérifiera que vous prenez bien vos médicaments. La seconde repose sur l’idée que la solitude et l’isolement affectent notre organisme » explique Steve Cole, biologiste moléculaire et auteur de cette nouvelle étude.

Ce sont les gènes de 14 volontaires parmi lesquelles 6 sont de grands solitaires qui ont permis de mettre en évidence les différence dans l'action des gènes.
Les chercheurs ont travaillé sur les cellules du systèmes immunitaires, et ont aux totales identifiés 22.000 gènes, dont 209 sont différents.
"Une grande partie de ces 209 gènes est impliquée dans la réponse immunitaire du corps à l’endommagement des tissus de l’organisme" selon steve Cole.

Cette étude pourrait intervenir dans la prévention des maladies inflammatoires chronique chez les personnes seuls.

1 commentaire:

Fab' a dit…

Peut être est ce une question bête, mais est ce que ça s'applique aussi à la solitude "psychologique" et mentale ?

Et puis il est vrai que le mentale joue beaucoup sur la physiologie des personnes, ce n'est guère étonnant ...
Par contre que ça implique des gêne, ça ça l'est Oo